La Maison de Caroline

Et voilà encore une journée qui commençait vachement bien…
C’était sans compter avec notre ministre de l’Agriculture, le ci-devant Travert…

Pas besoin de grand discours, je cite : “Aujourd’hui la vidéo surveillance obligatoire n’est pas utile car on n’arrive pas à déterminer si oui ou non, si réellement l’animal est en état de souffrance”.

Je ne suis pas une supportrice de la L214, néanmoins leurs images (peu importe comment ils les obtiennent, c’est pas le débat) montrent de façon claire le niveau de souffrance des animaux dans certains abattoirs et certains élevages… Pas besoin de parler le Gallinacé dans le texte ou d’avoir un doctorat en éthologie pour s’en rendre compte !

Voilà donc qu’un ministre de l’agriculture (qui comme d’hab ne connaît rien à l’agriculture avec son BTS Action Co et son parcours de politicard depuis son plus jeune âge), qui voulait réautoriser l’utilisation des néonicotinoïdes à peine arrivé à son poste (une petit influence de la FNSEA ?), qui prône « vision très agro-industrielle et productiviste du secteur (agricole ndlr)» nous explique à présent le contraire de ce que des images prouvent sans le moindre doute !

Le même Travert nous dit dans la même interview qu’il est un fervent défenseur du Camembert de Normandie moulé à la louche au lait cru AOP… Ah oui ??? vraiment ??? Alors comment se fait-il que Lactalis et son Président ait obtenu le droit de fabriquer du camembert de Normandie au lait pasteurisé ??? Au nom de la dynamisation de la filière !!!
De qui se moque-t-on ? Du Consommateur comme toujours…

A quoi ont donc servi les états généraux de l’alimentation ? On se le demande !
Demain l’Assemblée Nationale discutera de la loi sur l’alimentation (issue de ces états généraux), mais là encore on nous trompe ! Ce n’est pas une loi sur l’alimentation c’est une loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable »…
Je vous laisse réfléchir une seconde à l’intitulé… Oui vous avez bien compris ! La loi va surtout concerner les échanges commerciaux, le pognon donc… Qui va pouvoir s’en mettre encore plus dans les poches au détriment de qui ? Ne vous leurrez pas, personne ne pense au consommateur dans ces discussions, ni mêmes au petit producteur.
Non, toutes les discussions seront menées par les industriels de l’agriculture et de l’agro-alimentaire avec des arguments bien préparés par des lobbyistes. Les seules questions seront combien de % de glyphoprout sera toléré dans le bio, combien d’injections d’antibio pourront recevoir les porcs VPC (viande de porc français), combien d’agent blanchissant pourra-ton ajouter dans la farine de blé, de quelle surface au sol une poule pondeuse a-t-elle besoin au minimum pour faire ses 2 œufs quotidiens ?
Évidemment des voix vont s’élever dans l’hémicycle mais seront-elles entendues, comprises ? Au final on sait bien que le vote de la “majorité élue” l’emportera et on nous dira que c’est pour notre bien…

Alea jacta est ? Moi je dis que non !!! Et je dirais toujours non !!!

Ok ils ont été élus mais il nous reste un pouvoir encore plus fort que notre bulletin de vote : celui de notre Carte Bleue ! Si vous n’achetez plus jamais de camembert au lait pasteurisé de chez lactalis, si les 66 millions de français n’en achètent plus un, jamais alors le PDG de ce groupe escroc aura beau faire modifier les termes du cahier des charges de l’AOP il commencera à perdre de l’argent et là enfin les pouvoirs publics écouteront à nouveau les consommateurs que nous sommes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Me suivre @ Instagram

Suivez moi!

Cookpad Facebook Google+ Viadeo Linkedin Flux RSS